Installation d’un monte-escalier : les étapes à prendre en compte

Vous avez fait le choix de l’installation d’un monte-escalier électrique chez vous… Cette mesure répond à un besoin suite à une perte d’autonomie progressive, soit à un handicap. Dans tous les cas, il s’agit d’une décision importante et d’un équipement qui va vous permettre de regagner en autonomie et de retrouver le plaisir de profiter de votre logement.

Mais avant cela, vous devez connaître l’ensemble des étapes d’installation d’un monte-escalier… Nous vous guidons dans votre achat !

Comment est préparé un devis sur-mesure ?

Même s’il est possible de solliciter un devis approximatif en ligne sur le site de certains installateurs, il est impossible de s’arrêter sur un prix fixe avant d’avoir reçu la visite d’un technicien. En effet, ce dernier, salarié de la société ou représentant officiel, va dans un premier temps réaliser un état des lieux de votre escalier :

  • Son état général est-il satisfaisant ? Est-il prêt à recevoir la fixation du rail du monte-escalier ? En cas de vétusté, des travaux de renforcement de l’escalier peuvent être à prévoir. Ils seront à votre charge et ne peuvent être inclus dans le devis de l’installateur.
  • Sa largeur est-elle suffisante ? Les monte-escaliers classiques requièrent la plupart du temps une largeur minimale de 70 cm (soit l’ouvrant d’une porte classique). Si votre escalier est plus étroit, des modèles pliants ou debout pourront être envisagés. Il peut être nécessaire d’envisager de démonter la rampe pour gagner de l’espace et garantir la largeur minimum indispensable. Toutefois, certains installateurs peuvent fixer le rail indifféremment coté mur ou coté rambarde. Assurez-vous-en auprès du technicien.

Le technicien doit prendre le temps de mesurer votre escalier sous tous les angles pour vous fournir un devis complet et sans surprise : longueur de l’escalier, pente, angles, virages, paliers, etc. Ce n’est que muni de ces informations qu’il sera à même de vous fournir un devis finalisé. Certaines marques disposent même d’une application en réalité augmentée qui vous permettra de visualiser votre logement une fois le monte-escalier installé. C’est le cas d’Otolift par exemple.

Rappelez-vous : légalement, un devis doit être proposé gratuitement et n’engage pas le prospect.

installation monte-escalier électrique
instagram – © Abria-Acces-Etages

Les étapes de l’achat d’un monte-escalier

Choisir et acheter un monte-escalier ne doit pas de faire à la légère ! C’est un équipement coûteux et qui exige le degré maximum de confiance… Voici quelques étapes indispensables :

  • Déterminer ses besoins : avant de contacter les prestataires, il convient de s’interroger sur ses besoins. Où va se situer le monte-escalier ? Qui va s’en servir ? Quel est le degré de mobilité des usagers ? Autant de questions auxquelles il faut tenter de répondre en amont.
  • Organiser la visite de représentants de deux ou trois marques : chaque technicien doit prendre le temps de comprendre vos besoins et d’étudier la configuration de l’escalier à équiper. Il doit pouvoir vous aiguiller entre les différents modèles et options.
  • Retenir un devis : bien sûr, l’idéal est de comparer les devis et les prestations. Le prix du monte-escalier est déterminant, mais aussi : le type d’équipement, le délai de livraison, l’accessibilité du SAV, etc. Ensuite, c’est le moment de signer le devis et d’attendre patiemment la livraison et la pose !
  • Lister les aides potentielles : une fois votre devis signé, faites valoir vos droits à des aides et subventions pour contribuer à financer votre achat d’un monte-escalier.

Les aides financières pour l’installation d’un monte escalier

Comme il s’agit d’un équipement onéreux, il existe plusieurs aides à l’achat d’un monte-escalier, ainsi que des subventions et incitations publiques pour en supporter le coût. Voici un tour d’horizon :

  • Le crédit d’impôt : il peut représenter jusqu’à 25 % de la facture du monte-escalier
  • La TVA réduite à 5,5 %.
  • L’aide de l’ANAH (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat) qui peut s’élever au maximum à 50% de la facture dans une limite de 10 000 €.
  • L’aide de la MDPH (Maison des Personnes Handicapées) : la subvention peut couvrir jusqu’à 50 % du montant du devis.
  • L’APA (l’Allocation Personnalisée d’Autonomie) : cette allocation mensuelle est attribuée aux personnes en perte d’autonomie selon les critères de la grille AGGIR. Il s’agit d’une aide mensuelle qui peut représenter entre 674 et 1 742 €.
  • L’aide de SOLIHA (la Fédération Solidaires pour l’Habitat) : elle accompagne les séniors et personnes à mobilité réduite dans leur démarche et propose des aides financières qui peuvent représenter 80 % du montant de l’achat d’un monte-escalier.
  • Les aides des mutuelles et caisses de retraite primaires et complémentaires : chaque organisme dispose de ses propres conditions. Il convient de contacter la vôtre.
  • La CAF : sous conditions, votre CAF peut vous aider sous forme d’un prêt à taux d’intérêt bas.
  • Les collectivités locales : votre Mairie, Conseil Général ou Régional dispose peut-être d’une politique visant à soutenir financièrement les personnes à mobilité réduite et les séniors. Contactez-les pour connaître les aides disponibles.
  • Le Prêt Action Logement : anciennement connu sous le nom de “1 % Logement” il s’agit d’un prêt à taux d’intérêt réduit pour financer des travaux, dont par exemple l’installation d’un monte-escalier électrique.

Chacune de ces aides est soumise à conditions (âge, ressources, type de logement, etc.). Il convient donc de contacter chaque structure et de leur transmettre un maximum d’informations sur votre situation pour qu’elles puissent vous orienter au mieux dans votre demande d’aide.

Les délais avant livraison

Vous avez signé le devis pour votre monte-escalier et attendez désormais sa disponibilité pour la livraison et son installation. Comme c’est le cas dans bien d’autres secteurs, la plupart des marques sous-traitent à l’étranger la fabrication des différents composants, ce qui explique les délais d’approvisionnement. En effet, ces derniers sont compris le plus souvent entre 2 et parfois 6 semaines. Si votre escalier est droit et les options que vous souhaitez basiques, vous aurez toutes les chances d’avoir des délais courts. En revanche, si votre escalier requiert des ajustements tels que des virages, des paliers, la fabrication du rail prendra d’autant plus de temps.

À noter que certaines sociétés revendiquent des délais d’approvisionnement très courts. C’est le cas notamment de la société Otolift qui revendique des délais d’installation pouvant être raccourcis à 48 h. Grâce à son système de rails modulaires, leur monte-escalier peut s’adapter à la plupart des escaliers de particuliers. Ils disposent d’un stock de pièces optimisé et d’un bon nombre d’équipes prêtes à intervenir sur tout le territoire. Il s’agit d’un argument de poids pour les personnes qui, notamment, doivent faire face à une brutale perte d’autonomie suite à un accident ou une opération chirurgicale.

Les étapes d’installation du monte-escalier

Vous avez convenu du jour et de l’heure de l’intervention des techniciens. Comment se passe la pose d’un monte-escalier ?

  • Le temps de pose d’un monte-escalier est souvent bien plus court que ce que l’on anticipe. En effet, la plupart des installateurs n’auront besoin que d’une demi-journée pour l’effectuer.
  • La partie la plus technique est la pose du rail : il a été réalisé sur-mesure et doit donc épouser parfaitement l’escalier, surtout s’il s’agit d’un monte-escalier tournant.
  • La pose du fauteuil : il s’agit souvent d’un équipement réalisé en série. Le fauteuil va être fixé au rail et c’est lui qui parcourra le trajet.
  • La vérification des normes : le monte-escalier obéit à des normes européennes qu’il convient de respecter, notamment en matière de ceinture de sécurité, accoudoirs, repose-pieds, batterie de secours, etc.
  • Les ajustements électroniques : le monte-escalier comporte un certain nombre d’éléments électroniques, notamment sa télécommande. Le technicien devra les régler avec soin.
  • Enfin, le technicien ne partira pas sans vous avoir précisément expliqué le fonctionnement de votre nouvel appareil et la marche à suivre en cas de problème. N’hésitez pas à lui poser toutes les questions !
installation monte-escalier 1
instagram – © lamaisonde1850
installation monte-escalier terminée
instagram – © lamaisonde1850

Le suivi, la garantie et le SAV

Pour bénéficier au mieux de votre installation, il convient d’entretenir et de prendre soin de votre monte-escalier. Posez toutes les questions que vous souhaitez au technicien qui vous l’a installé et ne ratez pas un rendez-vous d’entretien. Il est fortement recommandé de faire appel à l’entreprise qui a effectué l’installation chez vous !

Quel suivi pour mon monte-escalier ?

La plupart des marques recommandent une révision de votre monte-escalier chaque année. En effet, pour des motifs de sécurité évidents, il est impératif qu’un technicien vérifie :

  • L’état du rail
  • Le moteur
  • Les différents composants électroniques
  • La ceinture de sécurité, les accoudoirs, le repose-pied

Il s’agit d’une intervention rapide de routine qui garantira la longévité de votre équipement et les parfaites conditions de sécurité.

Quelle est la durée de garantie de mon monte-escalier ?

Généralement, les monte-escaliers sont garantis 2 ans pièces et main d’œuvre. Certaines marques prolongent la garantie, c’est le cas par exemple de Thyssen-Krupps qui garantit ses équipements à vie ou de la marque Accédons qui garantit le rail et le moteur de leurs équipements à vie également. Au moment de la visite préalable du technicien, ce sont des questions que vous pouvez poser librement.

Comment est géré le SAV de mon monte-escalier ?

La plupart des marques disposent d’un maillage de techniciens sur tout l’hexagone. En cas de problème, de panne ou de dysfonctionnement, certains peuvent intervenir sous 24 à 48h, d’autres demanderont jusqu’à 7 jours. Les marques mettent à disposition des numéros de téléphone pour joindre leur SAV : certains sont disponibles 24h/24 et 7j/7. Il s’agit d’un critère intéressant au moment de sélectionner son prestataire.

Existe-t-il des solutions clef en main pour l’entretien ?

Pour avoir véritablement l’esprit tranquille, une fois le délai de garantie expiré, vous pouvez souscrire à un forfait annuel d’entretien de votre monte-escalier – un service proposé par la plupart des installateurs.

Avec ce contrat d’entretien, l’intervention annuelle est programmée sans que vous ayez à vous en soucier. De plus, vous accédez généralement à de meilleurs délais d’intervention SAV et bien souvent, vous ne payez pas le déplacement et la main d’œuvre. Ce type de contrat est généralement facturé entre 150 et 200 €/an. Là encore, voyez avec votre installateur : certains offrent la première année d’entretien.

Laisser un commentaire