placement senio

Les retraités bénéficient de nombreux choix pour obtenir un complément de pension. Encore faut-il savoir démêler les bonnes opportunités des mauvaises. Nous allons détailler les différentes options qui s’offrent à eux du moins avantageux au plus avantageux. Il est important de donner une description précise de chaque placement, car beaucoup de français font des erreurs par manque de connaissance. Certains vont se laisser attirer par des bénéfices excessifs proposés par des opérateurs peu scrupuleux. Faisons un peu le tri parmi les solutions qui s’offrent à nous.

Les placements à éviter

La bourse

Ces opérations financières comme n’importe qu’elles opérations ont des avantages et des inconvénients. Ce type de placement peut entrainer à terme des pertes d’argents importantes. Plus la somme placée est grosse plus les risques de pertes sont élevés ; cela est proportionnel. Le succès d’une action n’est pas toujours garanti et selon le contexte économique des forts mouvements haussiers ou baissiers peuvent apparaître sur les marchés. Nous vivons une période d’incertitude mais quelques titres resteront toujours des valeurs sûres. Il reste toutefois un bon placement si vous êtes un boursicoteur dans l’âme et avez de fortes connaissances du monde économique et boursier.

Les formules d’épargnes logements

Ce type de placement a besoin au départ d’une importante somme d’argent. Son fonctionnement suit une logique assez simple : plus on met de l’argent sur ce compte plus celui-ci nous rapporte !

L’épargne logement peut vous procurer des avantages comme un complément de revenu mais possède par contre de nombreux inconvénients non négligeables comme des pertes importantes d’argent.  Le montant de ce type de placement est limité à 61 200 euros.

Il présente aussi des risques du fait de la période de prêt immobilier. Les personnes souscrivant ce prêt ont 4 ans minimum pour faire un PEL. Si pour une tierce raison vous décidez de retirer votre argent de ce compte avant cette période, le plan sera définitivement fermé.  Vous perdrez dès lors, les avantages que peut vous procurer le PEL.

Le taux d’intérêt y est également élevé, il dépend bien entendu, de la somme épargnée. En moyenne celui-ci se situe autour de 2,5%. Dès ses 12 ans les intérêts du PEL sont assujettis à la flat taxe (30%).

Les placements défiscalisés

Ce type de placement est soumis aux prélèvements sociaux. Les seuls placements faisant exceptions à cette règle sont le livret A, le livret d’épargne populaire, le Codevi, le livret jeune, le livret développement durable et solidaire ainsi que le livret d’épargne entreprise.

La somme versée sur le placement défiscalisé ne doit pas dépasser la limite du plafond établi. Vous devez aussi respecter la durée de longévité du placement.

Placement les plus avantageux

Les parts de SCPI

L’objectif est d’investir dans du durable tel qu’un bien immobilier afin de le placer en location et de percevoir des revenus réguliers. Cela permet aussi d’assurer sa succession aux enfants et aux petits enfants. Ce type de placement n’est pas forcément facile à appréhender du fait de l’investissement demandé et des contraintes liées à la gestion du bien (locataire non solvable, entretien du bien, connaissance des obligations et lois spécifiques à l’immobilier …).

Une des alternatives est d’investir dans une SCPI (Société Civile de Placement Immobilier). Les parts étant forcément divisées, elles sont plus aisément transmises lors d’un héritage. Cette alternative permet d’être adaptée au budget de chacun ; les risques sont mutualisés et favorise la facilité de gestion.

Plans d’épargne en actions

Il s’agit d’une enveloppe fiscale limitée à 150 000 euros. Plus il est ouvert tôt plus il est avantageux.  La date idéale pour ouvrir un PEA est de 8 ans avant sa retraite. Son investissement a ainsi le temps de se développer et les gains perçus sont exonérés d’impôts sur les plus-values. Il permet plus facilement d’avoir des fonds liquides. Un retrait sur ce type de compte n’entraine pas sa clôture comme pour le PEL. Le PEA permet aussi une sortie en rente viagère déduite d’impôt. Cela ne s’applique pas pour les prélèvements sociaux.

Vendre en Viager

La personne optant pour ce choix va vendre son bien immobilier à une personne mais gardera l’usufruit du logement jusqu’à sa mort. L’acheteur en retour versera une pension mensuelle en espérant ne pas trépasser avant l’usufruitier dans le but de bénéficier enfin du bien acquis par viager. L’avantage pour l’ancien propriétaire est que les rentrées d’argent provenant du bouquet (vente) permettent d’améliorer son quotidien tout gardant un toit au-dessus de sa tête ! Il peut bien évidemment faire bénéficier de la vente en viager à ses enfants et petits-enfants à travers une donation totale ou partielle de ce bouquet.

Ce type de vente permet aussi de diminuer les charges en copropriété car on n’assure pas seul l’entretien du bien. Les liquidités de la vente du viager permettent d’autofinancer une retraite si celle-ci est faible.

Alimenter les contrats d’assurances vies

Si vous avez plus de 70 ans, alimenter un contrat en assurance vie représente un intérêt. Tout versement avant 70 ans est possible. Le capital transmis est plafonné à 152 000 euros et cela se fait en toute franchise d’impôt. Cette exonération est légale quel que soit le degré de parenté entre le défunt et le bénéficiaire.

 Investissements en location meublée en résidence de services

Il permet d’avoir un revenu en plus, sans s’occuper de la gestion des locataires. On acquiert un bien et confie la gestion à un professionnel de l’immobilier. Celui-ci s’occupera intégralement de l’entretien du bien et de location de ce dernier. Vous devez simplement gérer la comptabilité et effectuer la déclaration fiscale de vos revenus.

Pour vous aider à choisir la meilleure solution vous devez comparer les placements proposés selon les critères suivants : âges revenus ; fiscalités du support ; les charges ainsi que l’épargne déjà constituée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici